Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (U-V-W-X-Y-Z)

  Zevs, Noir Eclair
  Château de Vincennes

  16.09.2016 - 29.01.2017

Communiqué de presse


Le Centre des monuments nationaux donne carte blanche à l’artiste contemporain Zevs pour investir du 16 septembre au 29 janvier le château de Vincennes. L'exposition Noir Eclair offre un panorama de création complet de l’artiste, entre rétrospective et prospective, dans les espaces extérieurs, la Sainte-Chapelle et les différents niveaux du donjon, avec de nouvelles productions créées pour le lieu.
































































Dossiers  

 







Récents  





































































Résultats de la recherche        Supprimer  Déplacer  Spam    Plus         




















































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































 



Recherche

  































































































Gilles Aillaud  

Important







Marika Prévosto   


À

sandie hatem

 

  


 jul 1 à 2h10 PM  







Gilles Aillaud, Le silence sans heurt du présent





En coproduction avec les Musées des beaux-arts de Rennes et de Saint-Rémy de Provence, cette rétrospective parrainée par la Fondation d’Entreprise Michelin est la première grande exposition consacrée à l’artiste depuis 10 ans. Une cinquantaine de tableaux provenant de grandes collections publiques et privées seront exposés au FRAC Auvergne.



























































.
















 







Exposition du 16 septembre 2016 au 29 janvier 2017. Exposition du 16 septembre 2016 au 29 janvier 2017. Château de Vincennes, 1 avenue de Paris – 94300 Vincennes. Tél. : 01 48 08 31 20. Ouverture tous les jours sauf jours fériés de 10h à 17h.












Zevs, Noir Eclair au Château de Vincennes

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2016. Tous droits réservés

En plongée dans l’histoire du château. Dans un lieu à la longue et complexe histoire – successivement résidence royale, prison, manufacture de porcelaine, aujourd’hui élément essentiel du patrimoine français - l’imaginaire guerrier du château est dès l’abord évoqué avec l’embrasement des douves par des graffitis propres, sorte de nettoyage créatif au motif de flammes. Dans la salle du Conseil, le distributeur automatique Machination évoque la fonction de prison du donjon dès le XVe siècle avec des assiettes de porcelaine ornées de portraits de figures historiques qui toutes furent condamnées à mort et guillotinées. Plusieurs fois par jour, les assiettes tombent et se cassent, figurant l’exécution d’un condamné. Dans cette même salle, une série de 4 photographies de grand format, Visual Rapes, exhume les portraits de personnalités politiques qui ont fait l’histoire de France et du château : Saint-Louis, Charles V, Clotaire et François 1er. Flashés, les visages sont occultés par une lumière vive qui en masque l’identité. Zevs fait ainsi "rayonner", au sens figuré, l’histoire de France. Une vidéo reprend l’expérimentation d’embrasement – effets visuels sans dommage pour la sculpture - de la statue de Saint-Louis installée depuis 1971 à l’angle nord-ouest du château, qui fut sa résidence de prédilection. Dans la salle où le roi Charles V déposait son trésor et dont seul il possédait la clé, Zevs propose Mon trésor, une machine à presser la monnaie, que les visiteurs peuvent utiliser librement pour frapper une "nouvelle" monnaie aux insignes de l’artiste. Mais les autres occupants du donjon ne sont pas oubliés. On trouve sur ses murs de nombreuses traces picturales ou scripturales laissées par les prisonniers de l’ancienne prison d’État. Zevs a choisi de rendre hommage à ces auteurs anonymes en remettant en lumière leurs traces. Le visiteur, dans une petite salle plongée dans l’obscurité, qui fut aussi un lieu d’étude et de recueillement pour le roi Charles V, découvre un mur de graffitis dont le pigment luminescent révèle le texte gravé sous la lumière noire.


Le pouvoir, politique et économique. Zevs convoque dans la forteresse de Charles V la figure de Louis XIV. Il est ainsi question directement de pouvoir, à divers niveaux, à la fois politiques et économiques. Louis XIV n’a jamais vécu au château de Vincennes, mais Zevs - pseudonyme de l’artiste Aguirre Schwarz – l’y installe comme acmé du pouvoir au donjon, dans la chambre du roi. L’Autoportrait Louis XIV résulte d’un important travail de recherche des artisans et scientifiques qui ont participé à son élaboration. Le buste est une copie réalisée en bronze par le sculpteur fondeur Marc Lebreton à partir du moule du célèbre marbre de Bernin conservé au château de Versailles. Il fut ensuite emmené au four solaire d’Odeillo-Font Romeu où des chercheurs du CNRS ont permis au soleil de "liquider" le Roi Soleil grâce à la parabole de capteurs. "Le roi," explique l’artiste, "ne se fait jamais d’autoportraits mais se fait ici refaire le portrait par son propre soleil". Le socle miroir supportant l’œuvre" liquidée" fait écho à la Galerie des Glaces de Versailles. Dans la même salle, le Repas, peinture à l’huile grand format agrémenté d’un cadre revêtu d’or blanc, superpose deux images, à l’arrière-plan la célèbre Cène de Léonard de Vinci et au premier plan une photographie retravaillée picturalement d’un dîner à la Maison Blanche présentant Barak Obama trinquant avec les plus importants dirigeants d’entreprise de la Silicon Valley. Le cadre ornementé à la manière baroque utilise le motif de l’ADN traité comme un logo et celui de l’Oculus, symbole du réseau, sous l’égide de la devise "E Pluribus Unum" du Grand Sceau des État-Unis qui, d’emblème de la diversité, se fait emblème des collusions économico-politiques. Dans une autre salle, la sculpture Liquidated Y€$, dans une posture ambiguë entre la chute du logo et son ascension, joue sur les symboles monétaires du yen, de l’euro et du dollar.


Les marques et les logos. L’artiste a longuement travaillé sur ces aspects visuels du pouvoir et s’y exerce de nouveau pour l’exposition. Ici produit d’appel, La Bande de marques jaunes, première œuvre de l’exposition, fait référence à la gamme chromatique utilisée par plusieurs grandes marques. Elle rappelle l’intérêt tant graphique que critique porté par l’artiste à la stratégie et aux codes publicitaires. Elle fait aussi écho de manière plus symbolique à la fonction pénitentiaire du château avec un clin d’œil à l'art conceptuel et à certains artistes (Daniel Buren, Bertrand Lavier…). Sur le donjon, l’œuvre Liquidated Logo Ferrari, au premier abord référence à la dimension chevaleresque du lieu et aux pavillons que portait le Châtelet avant la Révolution, est en fait le "scudetto", motif liquidé du cheval cabré noir sur le fond jaune de la ville de Modène, de la plus célèbre des marques automobiles. Dans une salle du donjon, Usual Object ressemble à s’y méprendre à un ordinateur à la marque très reconnaissable. En s’approchant, son logo disparaît comme par magie pour apparaître ailleurs. Jeu sur la lumière et l’évanescence de l’ombre, l’œuvre joue sur le vrai et le faux, l’original et la copie, l’authentique et le contrefait, le désir de consommation. Zevs a créé son propre logo en 2005, LDV, en reprenant le monogramme créé par Léonard de Vinci pour authentifier ses dessins. Présent dans l’exposition sur un sac en bronze recouvert d’or posé devant une copie du tableau de Mona Lisa, il opère un jeu entre original et copie, copie plus originale que l’original, authentique et contrefait. La boutique LDV au rez-de-chaussé présente sous vitrine de réels luxueux modèles de bracelets, ceintures et sacs dessinés par l’artiste et réalisés par un artisan new-yorkais. Dans "l’arrière-boutique" Alibaba, l’artiste a déposé 100 sacs Made in China. Prenant les devants, il a lui-même produit ses propres faux… Enfin, dans la cellule où fut incarcéré le Marquis de Sade durant plus de 10 ans, un somptueux jeu d’échecs, réalisé en marqueterie et matières précieuses, évoque de manière ludique, au travers des pièces évoquant des logos, les enjeux et stratégies historiques parcourant l’Histoire contemporaine.


The End. Suspendue dans les hauteurs de la chapelle, semblant flotter dans les airs, massive et légère à la fois, la sculpture The End reprend la forme calligraphiée du mot de la fin des films de l’âge d’or hollywoodien. Y sont projetées en un zapping permanent et en direct les images diffusées par les chaînes d’information en continu du monde entier. Ici, l’actualité la plus brûlante, joyeuse ou dramatique, fait œuvre au fil des jours pendant toute la durée de l’exposition.

« Perpetual Ending » fait écho de manière préventive ou prémonitoire au thème de l’Apocalypse selon Saint-Jean présenté sur les vitraux du choeur, partiellement masqué par les travaux en cours dans la chapelle. L’Apocalypse, au sens propre, est une « révélation » et marque donc l’avènement d’une nouvelle ère davantage que la fin d’un monde. L’œuvre se livre donc à un jeu sémantique autour de la question de la « fin »: achèvement d’un monde, éternel retour ou Happy End.